Bien que l’Unesco ait reconnu le patrimoine culturel de la Vallée du Madriu-Perafita-Claror, son patrimoine naturel reste aussi exceptionnel.

L’intérêt essentiel de la vallée d’origine glaciaire, que draine le bassin secondaire le plus grand de l’Andorre, repose sur l’importante densité d’éléments de valeur patrimoniale, naturels et culturels et dans un excellent état de conservation, concentrés sur une superficie relativement petite de 4 247 hectares. Ce bassin est défini par le Madriu et par son principal affluent, la rivière de Perafita, qui se rejoignent à Entremesaigües.

Dans cette zone, le relief, à la fois varié et spectaculaire, fut modelé par les glaciers avec, comme résultat une grande diversité de conditions et de microclimats qui découlent de la variabilité de l’altitude (1 845 m de dénivelé entre le point le plus élevé et celui le plus bas de la vallée) et de l’orientation (grande différence entre zones ensoleillées et ombragées du fait de la disposition est-ouest de la vallée principale).

L’eau, elle aussi, joue un rôle important dans la vallée, à travers la présence de nombreux lacs, étangs, rivières et ruisseaux, petites cascades, mouillères et tourbières.

Le visiteur peut jouir du milieu paysagistique et de son environnement depuis n’importe quel endroit de la vallée. Certains des endroits qui permettent d’obtenir un bon angle de vision sont Coll Jovell, avec une belle perspective sur la zone de Ràmio, la Tosa del Braibal, le col de Vall Civera, celui de Perafita, la Portella Blanca et la Torre dels Soldats. Parmi les sommets on retiendra les Pics de la Portelleta, des Estanyons, de la Maiana, de Montmalús, de l’Áliga ou le col de Gargantillar.

Ce paysage, à la fois riche et varié, comporte trois zones fort bien définies :

  • le supra-forestier, au-dessus de 2 400 mètres, où prédominent le désert minéral, les prés de haute montagne, les lacs et étangs et les formes de la géomorphologie,
  • le paysage des versants, qui se compose de forêts compactes, fortement contrasté entre les zones ombragées (ubacs) et les zones ensoleillées (soulanes), et avec des couloirs d’avalanche sur les versants les plus abruptes,
  • celle du fond de la vallée que tracent les eaux des rivières Madriu et Perafita, qui témoigne du dialogue constant entre l’homme et la nature, entre les rares ressources naturelles et leur exploitation pour la subsistance des habitants de la vallée.

Grâce à cette grande variété de paysages, la vallée du Madriu-Perafita-Claror accueille une importante diversité d’habitats et de faune, avec des exemplaires particulièrement menacés voire même en danger de disparition. Ceci, outre la présence de plusieurs espèces végétales et de plusieurs habitats à être catalogués, confirme la fragilité du paysage culturel de la vallée qui exige une grande prudence à l’heure d’envisager la réalisation d’une action, quelle qu’elle soit.

 


L’eau

La géomorphologie

La végétation

La faune