• La vaste extension de la vallée (4247 ha),
  • la présence de versants ensoleillés (adret) et ombragés (ubac) suite à sa particulière orientation est-ouest,
  • et son important gradient altitudinal (1850 m de différence d’altitude entre le point culminant (pic Portelleta 2.906m) et le point le plus bas (confluent des eaux du Madriu et du Valira d’Orient 1056 m)),

confèrent à la vallée une importante variabilité climatique avec de grands contrastes et une importante diversité biologique sur un territoire relativement restreint géographiquement parlant, comme est la vallée Madriu-Perafita-Claror.

La diversité des sols est également très importante, ce qui favorise une grande variété d’habitats et une extraordinaire richesse de flore et de faune, qui se traduit par un paysage de grands contrastes.

Un total de trente-huit habitats naturels ou semi-naturels ont été identifiés dans la vallée, chacun avec sa flore et sa faune caractéristique.

La végétation se répartie sur les 3 étages caractéristiques des Pyrénées:

De manière schématique, on peut considérer que chaque étage correspond à une grande unité de paysage:

LE PAYSAGE SUPRA-FORESTIER- étage alpin

Prédominance de désert minéral, pelouses de haute montagne, étangs et formes spectaculaires de la géomorphologie. Dans l’étage alpin, l’environnement rocheux s’étend sur une superficie de 650 hectares. En raison de la rigueur du climat, le tapis végétal est clairsemé, mais on y trouve des espèces adaptées aux dures conditions environnementales. Les pelouses de haute montagne sont colonisées par des espèces végétales pérennes, avec des puissantes racines, un cycle de croissance court, et une grande résistance aux changements brusques des conditions météorologiques, par exemple des pelouses de Nardus stricta, de Festuca aerodis ou F. ivesii, ou de Festuca eskia, pour en nommer trois des plus abondantes. Les Rhododendron ferrugineux et autres buissons d’Éricacées colonisent les bandes intercalées entre les roches, là où les sols sont plus développés.

Rhododendrons

Pelouse de Nardus Stricta

LE PAYSAGE DES VERSANTS- étage subalpin

Prédominance de forêt compacte, avec un fort contraste entre l’adret et l’ubac, et des couloirs d’avalanche sur les pentes les plus raides, qui abritent une activité humaine presque imperceptible.

Les arbres dominants dans les forêts andorranes sont les conifères (pins et sapins), qui occupent un tiers du territoire, et, dans l’étage subalpin, ils prolifèrent naturellement. Dans cet étage, l’espèce qui s’adapte le mieux à la rigueur du climat est le pin à crochet. C’est un arbre capable de résister à des températures très basses et à des épaisseurs de neige considérables. En outre, il joue un rôle très important dans la fixation des pentes de montagne contre l’érosion.

Dans la zone de Ràmio se trouve une des rares forêts de sapins que l’on peut encore trouver en Andorre. Les branches horizontales des sapins empêchent le passage de la lumière du soleil et rendent les forêts peu adaptées à la croissance de buissons dans le sous-bois. Par contre, la forte humidité profite aux mousses et aux plantes herbacées qui s’y développent.

Outre les forêts, l’étage subalpin accueille un écosystème végétal qui, bien qu’il n’occupe pas une très large extension, il a un grand intérêt botanique et écologique. Ce sont des mégaphorbiaie, des formations végétales constituées de grandes herbes à larges feuilles et à inflorescences vives, se développant sur des sols riches et humides.

Les buissons de rhododendron sont abondants dans cet étage et aident à fixer le sol dans les zones rocheuses de montagne, ainsi qu’à préparer le terrain pour la croissance postérieure d’autres espèces.

Pin à crochets

Pin sylvestre

Sapin

LE PAYSAGE DU FOND DE LA VALLÉE – étage montagnard

Tracé par le sillon des eaux, nous y où trouvons la plupart des témoignages du dialogue continu entre l’Homme et la nature.

Les chênaies sont encore les plus grandes forêts de feuillus de la Principauté. Tout de même, la présence de chênes dans la vallée est relativement rare. Entre les 1000m et 1600 m d’altitude, ce sont plutôt les pinèdes de pins sylvestres qui abondent, ainsi que les petites forêts de bouleaux, de frênes ou de peupliers.

La forêt riveraine est un autre type de formation végétale qui, même si elle occupe une superficie relativement petite, elle a un rôle très important pour l’équilibre de l’écosystème forestier. Les forêts riveraines sont des concentrations linéaires qui suivent le cours d’eaux. On distingue deux grands types de forêts riveraines: les forêts à aulnes; et les forêts de saules, peuplées de saules blancs, de saules marsaults, de saules roux et de saules drapés.

Les arbustes prédominants sont les buis. Ils remplissent une fonction importante dans la fixation des sols pauvres et peu profonds, que ce soit dans des endroits humides où la forêt a disparu, ou dans des endroits escarpés et rocailleux, défavorables à la colonisation d’autres espèces végétales.

Le dernier type de végétation que l’on trouve dans l’étage montagnarde sont les prairies, causées par l’activité humaine, et en particulier par l’élevage. Ce sont des terres gagnées à la forêt et destinées aux pâturages ou aux prés de fauche. L’abondance en l’eau et la richesse des sols favorisent la croissance d’un grand nombre d’espèces. Les herbes les plus communes sont le fromental, le dactyle pelotonné et divers trèfles. Il y a aussi des fleurs colorées, comme le narcisse des poètes et le narcisse des montagnes.

Bouleau

Frêne

Noisetier

Fraisier des Bois

Myrtillier commun